Isabelle et moi avions eu une conversation au téléphone la semaine précédente. Elle avait tout de suite accepté de me rencontrer, peut-être parce qu'elle avait aussi l'envie de mettre à l'honneur le courage des jeunes de l'école.

Pour ma part, je souhaitais que les portraits de femmes présentent aussi des personnes qui défendent des valeurs, et Isabelle en fait partie.

Partons donc à sa rencontre. Elle me rejoint dans la salle de réunion. Elle commence par présenter son parcours professionnel, ses débuts dans l’éducation nationale, puis dans le milieu de la formation professionnelle et ensuite dans la sphère judiciaire.

Après avoir consacré quelques années à élever ses enfants, elle s’est orientée vers un métier dans le domaine judiciaire au greffe du tribunal pour enfant :

« J’avais besoin de comprendre pourquoi les gens passent à l’acte. Ensuite, je suis arrivée à E2C Grand Hainaut parce que cela s’adresse à un public fragile, avec des parcours de vies chaotiques qui ont besoin d’attention, ce que je pouvais leur apporter. J’ai commencé comme référente sociale, puis Coordinatrice pédagogique et actuellement Responsable de site.

Ce qui me plaît dans ce métier, c’est la sensation d’être utile, on sait pourquoi on est là et ce qu’on veut apporter aux jeunes. On a envie qu'ils réussissent et qu’ils tendent vers ce à quoi ils rêvent. On est là pour les y aider, tout en leur faisant prendre conscience de la réalité de la vie.

Nous voulons leur prouver qu’ils sont capables du meilleur, même si c’est par étapes, car il faut parfois du temps pour réaliser ses rêves.

Mon plaisir est de les voir s’épanouir, qu’ils s’expriment, leur redonner le sourire, les voir grandir et avancer ».

Isabelle prône la confiance et le respect. Ici, on est sur le même pied d’égalité d’adulte à adulte. C’est un sas où on rend au jeune la confiance qu’ils ne trouvent plus dans la société actuelle car très souvent ils se dévalorisent.

Nous leur donnons l’opportunité de montrer ce qu’ils savent faire, on les valorise pour faire éclore le potentiel qu’ils ont en eux ! Ils avancent à leur rythme. On les prend là où ils sont, pour les emmener là où ils veulent, et pas là où on veut les emmener».

Est-ce qu’il y a des moments de découragement ou de déception ?

« J’ai appris à ne pas me projeter, la balle est dans leur camp, on est là pour leur donner du peps et le moral. C’est le temps qu’on leur accorde qui leur permet d’arriver là où ils ont envie et on les suit encore plusieurs années après leur départ.

La plus belle récompense, c’est quand ils viennent nous revoir pour nous dire qu’ils ont avancé dans leur vie, qu’ils ont du travail, le permis, des enfants et qu’ils sont heureux.

C’est comme si on les voyait naître, c’est toute cette progression qui est magique, parce que certes il y a notre accompagnement, mais le travail vient d’eux. On crée les circonstances de leur réussite !

On est guidant. Ça ne me coûte pas parce je suis comme ça et c’est naturel chez moi.

Ce qui est magique, c’est de créer le bien être pour qu’ils aillent vers la réussite. Les méritants ce sont nos jeunes, pas nous !

On imagine que tout n'est pas rose tous les jours, mais en dépit des embûches, Isabelle porte haut les valeurs qui forcent l’admiration parce qu’elle croit en ce qui est le plus noble dans l’être humain, le respect et la confiance !

 

REVENIR A TOUS LES PORTRAITS